Conjoncture COVID-19 mesure de l’impact dans la Nièvre

À travers cette note de conjoncture, nous chercherons à mesurer l’impact de la crise COVID-19 sur 6 établissements participant au programme Revenue Management de Destination dans la Nièvre en partenariat avec Nièvre Tourisme. L’étude s’effectue sur les mois de mars à mai. Nous nous basons ici sur des données provenant des Channel Manager des établissements et donc sur des réservations numérique uniquement.

Chiffre d’affaires des réservations internet

+ 0 %
Cumul 2020 au 31 mars
- 0 %
Cumul 2020 au 20 mai

Montant des annulations

+ 0 %
Cumul 2020 au 31 mars
+ 0 %
Cumul 2020 au 20 mai

Mesure de l’impact dans la Nièvre – Mars 2020

Début du mois de mars 2020, les portefeuilles de réservations des établissements étudiés accusaient une nette avancée de +27 % de chiffre d’affaires (CA). La crise du Covid-19 a fortement impacté ensuite l’ensemble des hôtels de la Nièvre. Le mois de mars n’est pas le plus touché par le confinement, du fait de l’avance de CA cumulé sur les jours précédant la crise. Malgré tout, la chute du CA sur les dernières semaines de mars est drastique avec les annonces de prolongement du confinement, pour finir à -44% de retard pour l’ensemble de l’année 2020.
Au 31 mars 2020, le montant des annulations a doublé dans le portefeuille des réservations encours sur l’année 2020. Elles se sont accrues de +19 % entre février et mars. Au 20 mai, en pleine sortie de crise, nous comptabilisons une croissance de +32 % sur l’ensemble de l’année 2020. Entre avril et mai les annulations ont triplé en comparaison avec 2019. La présence des jours fériés très favorables cette année, et un déconfinement seulement le 11 mai avec restriction de déplacement au-delà de 100 km, explique cet accroissement soudain du retard CA.

 

Comme vu précédemment la situation de l’avant crise, montrait une bonne avance de chiffre d’affaires des réservations.
Une avance qui se poursuit au cours du mois de mars. Les premiers frémissements se ressentent le 28 février, lors des premières inquiétudes sur le virus et la baisse du CAC40. Malgré tout, cette croissance se poursuit et ce, jusqu’aux premières annonces du Président de la République. Nous visualisons clairement ce ralentissement de la croissance dès la fermeture des écoles et des commerces. La mise en place du confinement le 16 mars, a fini par achever cette croissance.
Dès le 21 mars, nous ne constatons plus aucune entrée de chiffre d’affaires.

Nous visualisons ici plus clairement les variations de chiffre d’affaires. La fin de croissance est bien marquée dès le 16 mars. Nous observons à la date du 31 mars une chute de 64 % du CA vs. N-1 du 16 au 31 mars.
Cependant, avec l’avance enregistrée en CA du début de mois, le mois de mars accuse finalement : un retard de seulement 4 % de CA.

La courbe jaune représente les variations de prix moyen entre le 01 février et le 31 mars. Quelques baisses sont à noter qui illustrent simplement des réservations en moins dans le portefeuille. Nous notons malgré tout, la stabilisation du prix moyen en temps de crise.

Mesure de l’impact dans la Nièvre – Avril 2020

Au mois d’avril, nous constatons réellement les impacts de la crise sur les réservations. Pour rappel, à la fin du mois de mars nous comptabilisions une avance en CA de +27% sur l’ensemble de l’année 2020 et ce, grâce à un bon début de saison.
Au 30 avril, la situation du confinement perdure avec un retard de -15% du CA des réservations sur l’année 2020 entière. Le mois d’avril accuse un retard de chiffre d’affaires de -97%. Les annulations ont progressé de seulement +2% entre mars et avril. En regardant sur l’année, les annulations ont progressé à ce stade de +87% vs N-1. L’ensemble des jours fériés d’avril à mai sont fortement touchés par la crise du Covid-19 accusant une chute de -80% du CA.
Les différentes annonces du gouvernement concernant le déconfinement ne semblent pas avoir à ce stade d’effet sur la prise de réservations.
Plusieurs pics sont à constater sur les grands événements ayant été décalés en fin de saison cette année. Les établissements semblent avoir bien réussi à favoriser les reports sur ces dates.

À l’aide de ce graphique nous constatons bien les variations de chiffre d’affaires, avec ce retard conséquent d’avril à juin. De très légères avances sont à noter en mai et en juin mais sur un nombre relativement limité de dates. Ces mois enregistrent jusqu’à fin avril un retard important avec :
– en mai un retard de -97 % de CA,
– en juin un retard -99 % de CA,
– en juillet un retard de -45 % de CA.

Les mois d’août et octobre sont pour l’instant les plus en avance avec 78 % à 100 % d’avance en CA en moyenne, ce qui semble démontrer que la clientèle a préféré reporter ses déplacements sur de la fin de saison au vu de l’incertitude de la situation. De plus, les reports de certains événements sur des dates plus reculées dans l’année peuvent expliquer ces avances.
Sur la courbe jaune nous visualisons la variation de prix moyen entre le mois d’avril et le mois de mars sur la prise de réservation cette variation reste très stable. Les seules hausses de prix moyen quant à elles, ne sont que l’illustration d’une forte progression des réservations sur les dates fortes.

Mesure de l’impact dans la Nièvre – Mai 2020

Au 20 mai, nous comptabilisons un retard pour l’ensemble de l’année de -44 % du CA des réservations. Bien que le déconfinement soit annoncé pour le 11 mai l’incertitude demeure sur le départ en vacances faisant doubler le montant des annulations sur ce mois. La baisse sans surprise se creuse au vu du contexte, le portefeuille du mois de mai est quasi vide avec une chute de près de -98% du CA.

 

Les mois de mars et de mai ont connu les plus fortes proportions d’annulations en comparaison avec l’année précédente. Du fait du confinement et de son prolongement. L’importance du montant d’annulation sur le mois de mai provient du cumul des jours fériés sur ce mois. Le mois de septembre voit lui aussi son montant d’annulations doubler, dû au déplacement du « Superbike » au mois d’octobre. Les mois de juin à août restent relativement « épargnés » avec un montant d’annulation inférieur à celui de l’année précédente. Au 20 mai, nous constatons une petite baisse du prix moyen sur l’année. Les chutes les plus importantes ont eu lieu en janvier et février avec -25 % en moyenne. Mars et mai, ont subi de légères baisses de l’ordre de -2 % à -3 %.
Le reste de l’année est en augmentation au niveau du prix moyen de 11 % en comparaison avec l’année dernière.

Le cumul du chiffre d’affaires réalisé de mars à mai en comparaison avec l’année dernière, engendre un retard de -81 %.
Actuellement, pour le mois de juin, nous accusons un retard de CA dans le portefeuille de réservations de -79 % en comparaison aux mêmes dates l’année dernière, même chose pour juillet avec un retard de -48 % de chiffre d’affaires. Seul août et octobre restent pour l’instant en avance avec respectivement +6 % et +100 %.
Il reste encore à prendre 83 % de CA pour arriver à une situation équivalente à l’année dernière. Avec un retard de -44 % de CA des réservations en cours pour l’ensemble de l’année 2020, il ne reste plus que la reprise de l’activité se fasse ressentir sur les établissements du département.
Basé sur des données à la date du 20 mai 2020, nous ne constatons pas de reprise significative des réservations même après l’annonce du plan de relance du tourisme par le Premier Ministre le 14 mai 2020.

Cependant, il serait intéressant à la suite de ce rapport d’étudier la puissance de la reprise de l’activité suite à la levée des principales restrictions le 2 juin 2020, et voir si nous enregistrons suffisamment de réservations afin de rattraper le retard enregistré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *