Multiplication des plans de relance tourisme post Covid-19, avec quels effets ?

Avant même que l’État n’annonce son plan de relance tourisme, de nombreux territoires avaient déjà mis en place leurs programmes à destination du secteur. Dans cet article, nous allons nous intéresser aux actions des Comités Régionaux de Tourisme (CRT) et des Agences Départementales de Tourisme (ADT) pour soutenir les professionnels.

Tout d’abord, les régions ont eu la charge de distribuer les aides prévues par le volet n°2 du plan de relance national post-crise COVID-19. Elles jouent ainsi un rôle majeur dans la reprise de l’activité économique. Mais pour assurer l’attractivité de leur territoire, certaines d’ entres elles ont initié leurs propres programmes de relance. La plupart des CRT lancent ainsi des campagnes dont l’objet principal semble de conserver les touristes locaux au sein de leur territoire. C’est le cas de la région Bourgogne-Franche-Comté qui mobilise 100 000 € sur le budget du CRT pour réaliser sa campagne « Sortez chez vous ». Cette campagne autour de la solidarité sera relayée par l’ensemble des acteurs touristiques du territoire (Source : site de la région Bourgogne-Franche-Comté).

 

 

 

Recensement des budgets mobilisés par les régions (en date 23 juin 2020) :

Au-delà des campagnes de communication, certaines régions ont initiés des plans de relance ; c’est notamment le cas de certaines régions du sud et de l’ouest qui, en collaboration avec l’Agence Nationale pour les Chèques Vacances (ANCV) ont lancé le plan « Au secours du tourisme ». La région Nouvelle-Aquitaine prévoit ainsi d’investir 3M d’€ dans ce système (Source : La Nouvelle République.fr). En Grand-Est, ce sont 10 000 chèques de 500 € qui vont être émis, soit 5M d’€, toujours en partenariat avec ANCV (Source : site de la région Grand-Est).

La Réunion propose son programme « Chèque Mon Île 974 », qui prévois d’offrir 15 chèques de 20 € à plus de 55 000 familles de l’île ayant été en première ligne durant la crise sanitaire. Soit un budget total de 16.5M d’€ (Source : Veille Info Tourisme).

Actions et budgets mobilisés par quelques départements

Mais les départements ne sont en reste : Ainsi depuis le 25 mars, ils sont autorisés à verser des aides directes aux entreprises. Certains en ont profité pour soutenir le tourisme, en versant directement des aides aux professionnels du secteur. C’est le cas du département de la Saône-et-Loire : Le Conseil départemental s’engage à verser 5 000 € à l’ensemble des hôtels de son territoire et 3 000 € pour les autres hébergements touristiques, campings, restaurants et bars. Le montant total de l’aide s’élève à 8M d’€ (Source : France Bleue Saône-et-Loire). La Haute-Savoie a décidé de faire de même (Source : France Bleue Haute-Savoie).

Une des lignes marquantes des initiatives départementales est l’opération « Le repos des Héros ». Elle met en avant le personnel soignant ayant été en première ligne durant le confinement. À travers ce programme, les structures institutionnelles offrent des chèques ou bons aux personnels soignants. L’opération a été lancée par l’ADT Béarn-Pays Basque et a été suivie par plusieurs ADT comme Creuse Tourisme, Corrèze Tourisme, l’ADT de l’Allier, l’ADT du Cantal, l’ADT de la Haute-Loire, l’ADT du Puy-de-Dôme, l’ADT Provence Tourisme, l’ADT Var Tourisme, l’ADT Touraine, l’ADT Mayenne Tourisme, Seine-Maritime Attractivité, et plusieurs offices de tourisme (Source : ADN Tourisme).

Des plans de relance et de communication ?

À quel prix ?

Les campagnes vont-elles avoir un réel impact sur le taux d’occupation et le chiffre d’affaires des hébergeurs ?  Ainsi, Les régions Occitanie et PACA ont mis en place des campagnes de publicité en ligne ; PACA a ainsi noué des partenariats avec Hotels.com (Expedia) et Webedia (EasyVoyages) afin d’acheter de la publicité en ligne et de canaliser un trafic vers les pages des hébergements de la région.
Aujourd’hui, les régions n’ont que très peu de vision sur les fenêtres de réservations pour chaque type de clientèle. Ainsi un plan de relance ciblé en fonction des périodes de réservation de chaque segmentation de clientèle semble être la solution. Mais pour cela, les territoires doivent se doter d’outils d’observation performant, permettant de centraliser les données d’origine clientèle comme le font les outils de RMD Technologies.

On peut regretter que ces plans ne privilégient pas la réservation directe et les circuits courts !

Vous l’avez compris un client avec une réservation via Booking.com par exemple, dont une commission très importante est versée à une entreprise non locale, va bénéficier d’un remboursement.
Une précision sur le canal de vente, elle aurait pu économiser ou/et rapporter aux touristes et aux professionnels l’équivalent de 25% du chiffre d’affaires (commission versée aux canaux indirects).

Une plateforme de réservation pour relancer le tourisme ! 
L’ADT du Tarn qui lance « Le Tarn vous veut du bien », une plateforme de réservation qui a pour intérêt de réserver directement chez les prestataires touristiques du département en limitant les commissions des OTA’s. Les visiteurs pourront obtenir des réductions familles, des surclassements, des locations de vélos offertes, des bons d’achat, etc.

Une nouvelle tendance dans les comportements de consommation ?

Comme nous avons pu le voir, plus d’une trentaine de départements et régions est concerné par la mise en place d’un plan de relance par l’émission des bons. Ces plans de relance vont-ils vraiment être bénéfiques aux professionnels du tourisme ? Le choix de la destination ne risque-t-il pas d’être influencer par une surenchère entres destinations concurrentes ?  
On peut se demander si les bons vont vraiment inciter les touristes à partir en vacances. Dans ce sens, on peut imaginer que les familles ou couples ayant déjà prévu de partir vont pouvoir obtenir des réductions sur leur séjour. Effet d’aubaine pour le consommateur, mais qu’en est-il de l’hébergeur ? L’argent aurait été dépensé dans son établissement dans tous les cas. Là où le système sera intéressant, c’est si le visiteur consomme plus ou s’il se surclasse en fréquentant des hôtels, des restaurants, des destinations de plus haut standing.

Avec ces plans de relance, on peut également anticiper que certains vacanciers réorienteront leur choix de destination. On peut concevoir qu’ils partiront vers des territoires plus haute de gamme. Par exemple, un touriste partant tous les ans dans des territoires ruraux n’aurait-il pas tendance à se rapprocher cette année de la mer ? Cet effet vient s’ajouter à la baisse des prix réalisée par les hébergeurs pour récupérer des points de taux d’occupation perdus pendant la crise. Poussé à l’extrême, ce phénomène de déplacement de clientèle induit par la réduction des prix  pourrait entrainer une dégradation de la réputation de certaines destinations.

*Les informations concernent la relance à destination des indépendants du tourisme et non au plan de relance de l’ensemble des secteurs.
*Tous les territoires ne se sont pas encore positionnés sur le sujet. Des plans de relance vont encore apparaître après la publication de cet article.